webleads-tracker

Préalables pour intégrer notre reseau

Des compétences transférables, notamment un sens commercial B to B

Pour devenir franchisé Temporis, il faut posséder des acquis professionnel transférables dans le secteur du travail temporaire : sens commercial, aptitude au recrutement, au management, à la gestion ou des compétences génériques, comme le sens du service ou de la réactivité. La formation du franchiseur a pour but de renforcer l’existant à travers la méthode Temporis et d’apporter les éléments complémentaires. C’est la polyvalence d’un candidat à la franchise qui sera le fondement de sa réussite comme chef d’entreprise indépendant.

« Pour réussir dans notre métier, il faut allier pragmatisme, énergie et aptitudes relationnelles. Il faut aimer travailler avec les équipes de proximité. Il faut s’imaginer exercer notre métier au quotidien et ne pas se mentir à soi-même, en particulier sur ses capacités commerciales. Dans ce registre, le franchisé Temporis bénéficie d’une formation atypique, loin des classiques argumentaires figés. Le cœur de son travail repose sur la compréhension de la démarche de l’entreprise cliente et de son métier. Mais le franchisé devra aussi s’engager avec ses tripes et prendre plaisir à pratiquer son activité au quotidien.»

 

Etre passionné du secteur des Ressources Humaines

L’un des attraits du métier du travail temporaire est de faire évoluer des personnes dans leur carrière, notamment durant les périodes difficiles.

«Le travail temporaire est une activité valorisante, d’une richesse humaine inépuisable puisqu’il touche à tous les secteurs et exige une diversité dans les tâches. Il permet, par rapport à d’autres métiers de services, de s’adresser à une clientèle d’entreprises. D’être utile aux autres à travers l’activité professionnelle, moteur d’indépendance. »

 

Mixité des profils : secteur du travail temporaire et néophytes en la matière

Devenir franchisé Temporis, c’est la possibilité de changer d’activité ou de continuer le métier que l’on aime en indépendant. La moitié des franchisés ne sont pas issus du secteur du travail temporaire. Auparavant, ils ont été salariés dans la grande distribution, des chaînes de magasin spécialisées dans le sport ou le bricolage, des établissements bancaires, la papeterie, le nettoyage industriel, la moto… D’autres ont été commercial dans l’agro-alimentaire, professeur, formateur, conseiller… et même, salariés du franchiseur.

« Les candidats entrepreneurs issus du travail temporaire sont souvent surpris de la rentabilité de nos agences. En effet, souvent responsables d’agence, ils découvrent combien les frais liés à la maison-mère grèvent de manière importante les résultats qu’ils obtiennent sur le terrain. De plus, libérés de contraintes administratives comme les reporting à leur succursale, ils pourront, s’ils intègrent le réseau Temporis, optimiser d’autant plus leurs actions qu’ils sont totalement autonomes avec leur budget. Quant aux candidats entrepreneurs néophytes en notre matière, notre système de franchise leur apporte connaissances, compétences et moyens pour s’approprier un métier aussi complexe que le travail temporaire. Il existe une vraie mixité parmi nos franchisés : les anciens salariés de grands groupes succursalistes, généralement responsables d’agence, retrouvent les outils, le support logistique et la hot line de leur précédent emploi. La franchise leur permet, grâce à leur autonomie de patron, d’avoir - enfin ! - toute la latitude nécessaire pour définir et appliquer une stratégie commerciale adaptée à leur marché. Quant aux néophytes en la matière, ils sont rassurés par la présence de ces derniers qui ont choisi la franchise Temporis en connaissant parfaitement l’activité du travail temporaire. »

 

S’associer seulement par nécessité pour créer une entreprise

Partager l’aventure de la création d’entreprise avec un ou plusieurs associés s’avère une alternative nécessaire pour un porteur de projet si ces derniers apportent :

  • soient des fonds pour pouvoir lancer l’activité et constituer un capital social,
  • soient des compétences complémentaires dans le fonctionnement de l’entreprise : gestionnaire, commercial, technique ou management,
  • soit un carnet d’adresses, voire une crédibilité issue d’une expérience précédente, en lien avec l’activité choisie.

« Pour réussir une association, il existe plusieurs règles d’or. Tout d’abord, trouver une forme de complémentarité entre associés. Ensuite déterminer clairement les apports des uns et des autres. Et enfin, transcrire par écrit les accords entre associés, notamment le partage des fonctions, les moyens de contrôle et les règles de répartition des résultats de la société. Il faut prendre le temps de discuter en amont d’un engagement, durant lequel on partagera le même projet au quotidien ».

 

Apport personnel et investissement initial

L’apport personnel doit permettre d’obtenir un emprunt bancaire correspondant à l’investissement total pour ouvrir un point de vente franchisé, sans fragiliser le modèle économique du point de vente. Afin de favoriser l’acceptation de son dossier pour l’emprunt, le candidat à la franchise doit commencer par apporter, à travers ses fonds propres, 30 à 40% du montant total de l’investissement. Pour le réseau Temporis, l’apport personnel minimum exigé est de 60 000 euros. Un apport de 90 000/ 100 000 € est idéal.

« Pour un franchisé, le retour sur investissement s’effectue dans la plupart des cas en deux à trois ans, ce qui est particulièrement performant dans le domaine de la franchise. Le magazine Capital (n°245 février 2012) nous a classés dans les 20 meilleures rentabilités de la franchise. Cela dit, intégrer une franchise c’est avant tout avoir envie de faire partie d’un groupe, de trouver plus d’avantages dans un environnement avec des règles communes qu’en restant isolé. La solitude est une des difficultés majeures de l’entrepreneuriat. L’effet réseau se mesure dès l’ouverture : une nouvelle agence Temporis bénéficie souvent de commandes sur sa zone de chalandise apportées par les autres franchisés ».